Manifestations‎ > ‎

Ruches sur les toits de Toulouse


Pourquoi, malgré la mode, installer des ruches sur un toit en ville est en général une (très) mauvaise idée ?

  1. De plus en plus d'installations techniques sont installées sur les toits : climatisation, VMC, antennes télé, relais téléphoniques, machinerie d’ascenseur, désenfumage, panneaux solaire ... sans oublier les cheminées et les évacuations d’eau pluviale. Toutes ces infrastructures nécessitent des interventions de maintenance régulières de divers corps de métiers et il n’est pas possible d’imposer à tous ces intervenants de faire leur travail avec les abeilles à proximité. L'utilisation de certains outils, comme les perceuses, peut exciter les abeilles.

  2. L’accès aux toits des entreprises est souvent réglementé, contrôlé et limité aux heures d’ouverture des bureaux. Ces contraintes d’accès sont rarement compatibles avec les besoins de l’apiculteur qui doit pouvoir intervenir quand la gestion des ruches l’impose et quand la météo le permet. Ça peut être un dimanche après-midi comme un mercredi matin.

  3. D’un point de vue apicole, la position sur un toit est un mauvais emplacement pour la santé des abeilles. Les toits ne fournissent aucune ombre, les vents y sont bien plus forts qu’au sol et leur hauteur impose aux abeilles des efforts supplémentaires.

  4. Enfin, les bureaux ou appartements des derniers étages se trouveront à une distance des ruches qui n’est pas compatible avec la réglementation (arrêté préfectoral) qui impose des distances minimales entre les ruches et les habitations.


Important : L’essaimage est un comportement naturel des abeilles, difficilement contrôlable, qui peut avoir lieu d’avril à début juillet. La moitié de la colonie (environ 20 000 abeilles) quitte la ruche pour aller s’installer ailleurs. Sur un toit cet ailleurs est où ? Une cheminée, une colonne de ventilation, le bureau ou la chambre de l’appartement d’en dessous dont les fenêtres sont ouvertes pendant les beaux jours ?...

Chaque année des dizaines de particuliers font appel au service de récupération d’essaims du SAM pour faire enlever des colonies d’abeilles installées dans un tronc d’arbre, dans une cheminée ou sous un toit.  Pourquoi les abeilles seraient elles gênantes sous un toit mais pas sur un toit ?

Malgré tout cela, certains installent des ruches sur les toits, et certains cherchent même à en vivre en vous faisant payer pour prendre tout ces risques !  Ils font cela dans leur intérêt mais au mépris des conditions de travail de l’apiculteur, de la santé des abeilles, de la législation et surtout de la sécurité des techniciens, des habitants ou des employés.

Le SAM a toujours refusé de participer, ou de soutenir, ce genre d’opération.  Nous le disons dans tous nos cours et stages d'apiculture depuis des années.

Si vous comptez installer des ruches sur un toit nous vous invitons à bien mesurer les contraintes et les risques que vous prenez et que vous faites courir aux autres…

La place des abeilles n’est ni sur un toit en ville ni dans une campagne ravagée par la monoculture et les pesticides de l’agriculture intensive. La place des abeilles est là :